lundi 28 août 2017

Appel à Textes EUROPUNK (Realities Inc.)

En août 2015 je republiais l'article Europunk ! que j'avais initialement écris pour Acta Est Fabula. Fabien Lyraud et Guillaume Parodi avaient tous deux réagi à leur façon, avec leurs mots et leurs idées, et j'avais répondu à M. Lyraud pour conclure qu'entre son Eurofuturisme et mon Europunk, nous parlions bien des mêmes thématiques et des mêmes problèmes.

L'histoire aurait pu en rester là, mais il se trouve que Realities Inc. ont entendu l'appel, eux aussi, et qu'il en résulte un Appel à Textes pour une anthologie Europunk.

Oui.

Alors j'aurais pu écrire cet article il y a des mois, mais vu le trafic sur ce blog, le relais sur la Page Facebook de Pax EU a sans doute été plus efficace de toute façon. (Promis, je vais essayer de remédier au calme mortifère qui règne sur ce blog.) Mais comme le temps file et que nous recherchons toujours des textes, je tente quand même la missive sur le blog.

Et oui, si j'ai dit "nous", c'est que je suis anthologiste sur ce projet. Je n'enverrai donc pas de texte, mais je participerai à la sélection. Nous sommes curieux de lire vos visions de l'Europe du futur, et les textes peuvent aller jusqu'à 150 000 signes espaces comprises, alors faites-vous plaisir !

Plus d'infos sur cet AT ici.

L'AT dure jusqu'au 30 septembre 2017 donc encore un bon mois pour envoyer vos textes.

jeudi 3 novembre 2016

Pax Europæ : Furies [SORTIE]

Cliquez pour admirer le travail !
Ça y est, la suite de "Certitudes" est enfin sortie ! Lorsque j'ai commencé la rédaction de Pax Europæ en 2002, j'étais loin de me douter que l'écriture d'une "petite nouvelle" allait se transformer en un univers aussi vaste et complexe que celui qui me sert depuis de terrain de jeu. Avec le temps, les textes ont grossi, et révision après révision, corrections après corrections, l'ancien tome 1 a été divisé en deux tomes: Certitudes et Furies. Furies était d'ailleurs le titre de ce "gros tome 1" initial, et je suis content que cette nouvelle étape dans la publication de ma série conserve le titre du tout premier texte écrit dans l'univers de Pax Europæ.

Mais assez de nostalgie et de bons sentiments, place à l'ouvrage !

La couverture est une fois de plus l’œuvre de Karoline Juzanx, un grand merci pour son travail et sa ténacité !

La version papier fait 340 pages, la version numérique est, comme précédemment, dénué de DRM. Inclus dans les deux versions, suite à certains commentaires de lecteurs, une carte des E.U.E. avec les villes mentionnées les plus importantes.



La version e-book se trouve, entre autres, sur :


La version papier se trouve sur :




Le pitch ? Le voici, avec la quatrième de couverture badass de Karoline  :


mardi 28 juin 2016

PAX EUROPÆ 1 - CERTITUDES : à 0,99€ tout l'été


Illustration par Karo.
Alors que la Grande-Bretagne vient de voter pour sa sortie de l'Union Européenne, et que le futur des britanniques comme des autres européens s'annonce incertain, moi je m'apprête à finir les corrections du prochain tome de PAX EUROPÆ, qui s'intitulera FURIES.

FURIES sera la suite directe de CERTITUDES, reprenant les événements là où je les avais laissés en ce pluvieux et mouvementé automne 2033. Les États-Unis d'Europe sont en guerre, et dans les rues européennes, un mot se propage, écrit à la peinture sur les murs, murmuré dans les cafés, réprimé dans la presse :

Défédération.


Mais peut-être n'avez-vous pas encore lu CERTITUDES ? Peut-être qu'une plongée dans les États-Unis d'Europe conviendrait justement à votre programme de lecture de l'été ? J'ai donc décidé de m'adapter aux conséquences du Brexit : Les bourses tremblent ? Le prix descend !

Pendant tout l'été et jusqu'à la sortie de FURIES, l'e-book du tome 1 CERTITUDES sera à 0,99€ sur amazon (noté 5/5 pour l'instant) et Kobo (sur lequel le livre a 4/5 pour l'instant).

Sinon il est toujours à 12,66€ en broché sur amazon pour ceux qui préfèrent le papier. 356 pages de bonheur uchronique vous attendent.


Le pitch:

2033. L'Europe est fédérée ; le monde lui appartient. 

Pourtant la colère gronde. Les terroristes slavistes s'agitent aux frontières des Régions Est, tandis qu'au sein même des États-Unis d'Europe un mouvement réfractaire sort de l'ombre. À Berlin, le sulfureux journaliste Michael Kith assiste aux premières loges au meurtre du Ministre de l'Intérieur et enregistre les derniers mots de l'assassin. Avant qu'il n'en réalise l'importance capitale, les conséquences de cet attentat entraînent déjà la fédération sur le chemin de la guerre. À Hambourg, le soldat Erwin Helm et ses camarades se préparent à être envoyés en Slavie pour rétablir la Paix Européenne sur un continent à couteaux tirés. Chacun de leur côté, ils vont s'enfoncer sans le savoir dans les méandres de l'Histoire des E.U.E. pour en écrire de nouvelles pages... au risque de tout perdre, à commencer par leurs certitudes.

vendredi 13 mai 2016

Un peu de technologie : les Furies d'Assaut


Aujourd'hui, après un long silence, je peux annoncer que le tome 2 est dans sa phase finale de correction. Quand celle-ci sera terminée on passera à la maquette, donc le projet est bel et bien en vie, ça vient, un peu de patience. :) En attendant, Karo, qui avait déjà fait la couverture du tome 1 "Certitudes", m'a gratifié d'un speed-paint de Furies d'Assaut, donc je vous propose un petit topo sur le fleuron de l'industrie militaire européenne de 2033, pour vous faire patienter ! (Le texte est tiré du guide pour le JDR, projet qui n'est pas abandonné non plus)

Furie d'Assaut

Speed-paint de Furies d'Assaut par Karoline Juzanx
Modèle standard de la gamme Furie, le modèle d’Assaut est de loin le plus produit dans les usines européennes. C’est la Furie polyvalente par excellence, rapide, maniable, bien armée, capable d’embarquer un groupe d’infanterie et de le couvrir lors du déploiement grâce à sa bulle d’artilleur située à l’arrière de l’engin. Celle-ci est équipée d’une mitrailleuse lourde voire, pour certains modèles customisés, d’une double mitrailleuse, et se trouve au-dessus de la rampe de déploiement, permettant de protéger les troupes d’un tir de couverture ou de protéger la Furie elle-même durant le vol, en cas de prise en chasse par un aéronef ennemi. L’engin est également équipé d’un sas ventral auquel on accède par un puits reliant l’étage supérieur – où se trouve la soute, l’accès au cockpit et l’antichambre de la rampe principale. Ce sas ventral est équipé d’un treuil à filin renforcé qui permet de furiporter des troupes en vol stationnaire, ou de transporter du matériel lourd à l’aide d’une élingue.

Les ailes de la Furie d’Assaut sont équipées d’un système rétractable unique dans toute la gamme. En mode sol, les ailes se replient partiellement et se rétractent pour s’aligner avec le fond de la sphère afin de se poser, tandis qu’en mode vol elles se déploient pour atteindre six mètres d’envergure chacune. Les missiles K que la Furie embarque se trouvent aux extrémités de ces ailes rétractables.


La Furie d’Assaut est le porte-étendard de la Technologie Furie, et bien qu’elle ne soit pas le modèle le plus rapide ou le plus évolué, elle demeure la Furie par excellence. Appréciée tant par l'Euro-Air Force que l’Infanterie, elle a fait ses preuves et reste dans l’esprit des soldats européen l’Ange Gardien de l’Eurocorps sur le champ de bataille, car sa puissance de feu et son extrême solidité font souvent la différence dans les situations critiques.

jeudi 24 septembre 2015

Pax Europæ : Certitudes [SORTIE][MAJ]

Bon, ça y est. 

Ça m'aura pris du temps, beaucoup d'énergie et de travail, mais ça y est. Certitudes est sorti.

Pax Europæ c'est 13 ans de boulot, et vous présenter le tome 1 à vous, lecteurs, c'est une expérience extrême. La trouille se mêle à la fierté, l'epub se mêle au mobi, et bientôt à la version papier aussi. Sans m'étaler plus avant (j'ai fait ça suffisamment sur ce blog, je crois), voilà la palette de choix que je vous propose :

Si vous lisez des e-pub, j'ai pensé à vous sur Kobo, Smashwords, ou la FNAC. Smashwords a plein d'autres partenaires donc si vous avez votre crèmerie habituelle, vérifiez, on ne sait jamais.

Si vous lisez des mobi, j'ai pensé à vous sur Amazon (tous, hein, même si je ne mets un lien vers le français, donc si vous êtes au Québec...)

Ah, et comme annoncé, c'est sans DRM.

Et si vous préférez lire en version papier, Amazon permet de poser vos mimines sur un bel exemplaire imprimé, 354 pages, couverture matte, illustrée par Karoline Juzanx.



PAX EUROPÆ 1. Certitudes
de Florent Lenhardt

2033. L'Europe est fédérée ; le monde lui appartient. 
Pourtant la colère gronde. Les terroristes slavistes s'agitent aux frontières des Régions Est, tandis qu'au sein même des États-Unis d'Europe un mouvement réfractaire sort de l'ombre. À Berlin, le sulfureux journaliste Michael Kith assiste aux premières loges au meurtre du Ministre de l'Intérieur et enregistre les derniers mots de l'assassin. Avant qu'il n'en réalise l'importance capitale, les conséquences de cet attentat entraînent déjà la fédération sur le chemin de la guerre. À Hambourg, le soldat Erwin Helm et ses camarades se préparent à être envoyés en Slavie pour rétablir la Paix Européenne sur un continent à couteaux tirés. Chacun de leur côté, ils vont s'enfoncer sans le savoir dans les méandres de l'Histoire des E.U.E. pour en écrire de nouvelles pages... au risque de tout perdre, à commencer par leurs certitudes.

mercredi 23 septembre 2015

Europunk / eurofuturisme : même combat (une réponse à Fabien Lyraud)

J'étais tellement la tête dans le guidon pour la préparation de la sortie du tome 1 (grosse annonce dans les formes demain, promis), que je n'avais pas vu passer la réponse de Fabien Lyraud à mon article "Europunk". Son article se trouve ici et je vous invite à le lire afin de bien comprendre ma réponse.

Elle sera assez simple, en fait, puisqu'en dehors des effets de postures, M. Lyraud et moi sommes d'accord. Seulement il ne le sait pas car il m'a soit mal lu, ou trop vite (ou pas jusqu'au bout, au choix).

Il semble qu'il se soit concentré sur ce nom, europunk, au détriment de mon message, pour en tirer des conclusions sur mon appel. Car lorsque j'écris :

"Que ce soit pour en défendre l’idée ou la combattre, que ce soit pour en rêver une meilleure unie ou chacun de notre côté, que ce soit un pamphlet, que l’on s’intéresse à l’aspect politique ou social, ou les deux, peu importe, je crois qu’il faut redonner aux gens des perspectives sur l’Europe qui ne soient pas simplement des dépêches AFP arides et des déclarations de la Troïka."


... on m'accusera difficilement d'avoir encouragé spécifiquement la dystopie, ni d'avoir réduit mon appel à ce genre. Certes, les livres que je cite dans l'article sont de la dystopie, mais j'invitais (et j'invite toujours) à écrire sur l'Europe en général, et mieux que ce qui s'est fait précédemment. Mieux, donc, que les dystopies sus-mentionnées, quels que soient le ton, l'ambition et l'orientation des textes obtenus. Le nom d'europunk était une provocation, je l'ai dit dans l'article, mais certainement pas une limitation. Guillaume Parodi l'a bien saisi dans sa propre réponse. Après, qu'on l'appelle eurofuturisme plutôt qu'europunk pour insister sur les aspects positifs de l'Europe, peu importe ! Le label importe si peu, et cet élan n'a pas besoin de se transformer en genre à part avec ses codes, ses étiquettes étriquées.

J'ai appelé à écrire sur l'Europe et son avenir. Et Fabien Lyraud le dit lui-même : 

"Imaginer une Europe différente est devenue une urgence, je suis entièrement d’accord avec Florent Leenhart."


Nous sommes donc bien d'accord, sauf sur l'orthographe de mon nom de famille.

Néanmoins, il conclue de la manière suivante :

"Mais l’Europunk qui se contente de dénoncer le modèle d’aujourd’hui sur le modèle de ce qu’a été le cyberpunk n’est absolument pas ce sur quoi il faut mettre l’accent. Les auteurs de SF doivent aussi être capable d’apporter l’espoir et pas seulement l’inquiétude en suivant la voie facile de la dystopie."


Et j'ignore la raison de cette tirade bien tranchée, si c'est à cause de la bibliographie de l'article, si c'est un clin d’œil à mes propres travaux, ou comme je le soupçonne,  une attention trop obstinée au terme europunk. Quoi qu'il en soit, je ne vois pas le problème avec la dystopie. Une dystopie bien faite peut en dire autant qu'une utopie, avec peut-être un pied plus fermement ancré dans la réalité des gens. Je ne dis pas que c'est mieux, mais c'est différent, et surtout, ce n'est pas facile

S'il y a une chose que la liste de romans que j'évoquais dans mon article peut nous apprendre, c'est qu'écrire une dystopie sur l'Europe qui tienne la route et ne tombe pas dans le pamphlet chauvin, c'est tout sauf facile. Parce qu'on ne parle pas d'une dictature de synthèse à la 1984, on s'adresse aux gens avec une situation concrète, fondée sur ce qu'ils vivent déjà. Et le risque de tomber dans la caricature, facile elle, est grand. 

Quant à la nécessité de délaisser la dystopie pour se concentrer sur l'utopie, il semble que les jeunes lecteurs soient friands de dystopies. N'y aurait-il pas là une porte d'entrée pour les faire réfléchir à l'avenir européen ? Autre question que soulève ce commentaire très noir et blanc : Une dystopie de l'Europe actuelle ne peut-elle donc pas apporter des idées de solutions pour une Europe meilleure ? La dystopie est-elle condamnée à pointer un doigt hargneux vers la société sans proposer d'alternative ? C'est là une bien piètre idée de la dystopie.

Mais encore une fois, pourquoi choisir ! Écrivons les deux ! 

Offrons le choix aux lecteurs ! La priorité c'est d'écrire sur l'avenir de l'Europe, pas de décider comment le faire. Lorsque nous aurons le luxe de choisir le genre qui s'y prête le mieux, nous pourrons en débattre. Ce luxe, nous ne l'avons pas (encore !).


Pour conclure, je cite une nouvelle fois la fin de mon article initial, tel quel :


"Car que cela nous plaise ou non, le futur de l’Europe en tant que concepts, en tant qu’institutions, en tant que culture et en tant que peuples, c’est notre futur, et qu’il serait peut-être temps d’y réfléchir sérieusement, et d’essayer d’imaginer des alternatives pour un peu moins de gloom and doom et un peu plus d’espoir.

N’est-ce pas un peu le boulot de la SF ?"


A bon entendeur, salut !

lundi 21 septembre 2015

Précommandes de "Certitudes" !

la couv' de Karoline Juzanx
Woohoo ! Tout doucement on y arrive. Après une déconvenue avec Immatériel qui semble avoir simplement oublié de me répondre, je me suis battu avec les plateformes individuellement pour réussir à tenir le délais fixé. Résultat ? Le livre sortira avec un jour de retard sur Amazon (bouh !) mais dans les temps sur Kobo et Smashwords (et ses partenaires, donc) (youhou !). Quoi qu'il en soit, les précommandes pour PAX EUROPÆ 1. Certitudes sont désormais ouvertes ici :






Quant à la version papier ça risque de me prendre un peu plus de temps, un peu de patience !